La maladie d’Alzheimer amène de nombreux déclins de capacités mentales chez l’individu, incluant la formation du langage.  Une étude appariée menée auprès de patients atteints de la maladie d’Alzheimer et des patients non-atteints de déficits cognitifs pathologiques a trouvé que ceux souffrant de la maladie ont plus de difficulté à communiquer, comme en témoigne leurs longues pauses et hésitations fréquentes, ainsi qu’un débit plus lent et de l’articulation moins prononcée. De plus, le choix de mots des individus atteints de la maladie utilisent un vocabulaire moins complexe phonétiquement.

Les auteurs insistent sur de futures études à ce sujet dans le domaine linguistique vu son utilité importante dans de la recherche psychologique et médicale.

(Visited 8 times, 1 visits today)