Professeure Sylvie Belleville de l’Université de Montréal explique les facteurs de risque qui pourraient faire qu’une personne soit plus à risque de souffrir d’un déclin cognitif. Elle soulève l’importance de l’activité sociale et physique pour le maintien d’une bonne réserve cognitive qui prévient le développement de démence mentale et physique.

(Visited 56 times, 1 visits today)